• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil L'énigme du mois Enigme Mars 2010 - Ecole d'autrefois

Enigme Mars 2010 - Ecole d'autrefois

Envoyer Imprimer PDF

Comme à l'école d'autrefois

L’animation réalisée il y a quelques jours par l’équipe du Point Lecture de Châtillon, avec la reconstitution d’une classe d’une école d’autrefois dans la salle du conseil municipal, nous donne l’occasion de vous proposer ce mois-ci quatre petits problèmes d’arithmétique tirés d’un manuel de fin d’études primaires des années 1950. Seriez-vous prêts pour le certificat d’étude ; c’est ce que nous vous proposons de tester ?

Enigme de mars 2010

1. « Problème de l’escargot : Parti un matin du sol, un escargot grimpe un mur haut de 15 mètres. Chaque jour, il monte de 5 mètres ; mais, chaque nuit suivante, il descend de 4 mètres. Combien de jours mettra-t-il pour atteindre le sommet du mur ? »

2. « Un clapier contenait 57 lapins. Des maraudeurs en ont volé 28. Combien de lapins reste-t-il encore dans le clapier ? »

3. « Une école à 210 élèves. Un jour de foire, 18 élèves ont fait l’école buissonnière. Combien de présents y avait-il en classe ? »

Et pour les plus courageux :

4. « Un coiffeur gagnait, avant 1914, 7 francs 50 par jour et il économisait 400 francs par an. Après la guerre, son salaire a quadruplé et ses dépenses ont augmenté de 325%. Chercher son économie annuelle, sachant qu’il chôme 60 jours. »

A vous de jouer. Merci de votre participation.

 

Réponses :

1. Plus rapide qu’on ne le pense l’escargot ! Tout le monde sauf un adulte avait donné une mauvaise réponse à la question lors de l’animation sur l’école d’autrefois, le 24 février. Beaucoup avaient répondu 14 jours, avec sans doute un peu de précipitation. Eh bien non, notre brave escargot n’aura eu besoin que de 11 jours. Le 10ème jour, au matin, il avait grimpé de 10 m. Le 11ème jour lui aura permis d’atteindre le sommet.

Jour 
Distance atteinte en mètres 
matin soir
1   5
2 1 6
3 2 7
4 3 8
5 4 9
6 5 10
7 6 11
8 7 12
9 8 13
10 9 14
11
10 15

 

2. Il y avait bon nombre de clapiers à Châtillon comme partout ailleurs il y a 50-60 ans. Dans toutes les fermes, dans le bourg aussi, c’étaient de bons « garde-manger », comme les poulaillers.

Pour ce qui est de vols ou de chapardages, il y en avait aussi. La presse les rapportait souvent dans sa rubrique faits divers. Nous en parlerons certainement un de ces jours.

Nous avions ici une simple bonne vieille soustraction. Mais c’était tout de même bien amusant et de vous la poser avec le sens pratique de l’époque.

57 – 28 = 29 lapins encore dans les clapiers.

 

3. L’école buissonnière. C’est une question que nous n’avons pas posée à nos anciens instituteurs présents pour l’animation « Ecole d’autrefois ». Les élèves étaient-ils aussi présents à l’école qu’aujourd’hui ? Y avait-il des tolérances pour qu’ils soient absents certains jours quand le travail de la maison ou des champs demandait des bras ?

Quoiqu’il en soit, la campagne offrait beaucoup de possibilités de jeux et de découvertes bien tentantes, et pas seulement les jours de foires ou de fêtes. Nous y reviendrons certainement là aussi.

210 – 18 = 192 élèves étaient présents en classe ce jour là. 193 avec le maître ou la maîtresse !

 

4. Vous avez été courageux pour la plupart pour résoudre cette 4ème question ; avec quelques erreurs que les instituteurs improvisés que nous sommes pardonnons bien volontiers.

Voilà sans doute comment il convenait de trouver la solution :

Notre coiffeur chômait 60 jours par an. Avec une année de 365 jours (pour éviter l’année bissextile), il travaillait 365 – 60 = 305 jours.

Son salaire annuel avant 1914 était donc de 7,50 francs X 305 jours = 2 287,50 francs.

Il économisait 400 francs par an. Ses dépenses étaient donc de 2 287,50 – 400 = 1 887,50 francs.

Après guerre, le salaire de notre coiffeur a quadruplé. Il est donc de 2 287,50 X 4 = 9 150 francs.

Ses dépenses ont augmenté de 325%. Elles sont donc de 1 887,50 + (1 887,50 X 325 / 100) = 8 021,87 francs.

Son économie annuelle est donc de 9 150 – 8 021,87 = 1 128,13 Francs.

Palmarès : pour le calcul des points, nous avons attribué 1 point pour une bonne réponse aux problèmes n°1 , n°2 et n°3, et 2 points pour une bonne réponse au problème n°4.

  1. Jean-Michel PHELIPOT (28/03/2010, à 20:36)
  2. Anne-Marie PERRET (30/03/2010, à 07:36)
  3. Henri GARNIER (01/03/2010, à 19:13)
  4. Jérôme LALANDE (01/03/2010, à 19:24)
  5. Martine PAPILLON (01/03/2010, à 11:37)
  6. Régine BOITIERE (17/03/2010, à 15:37)
  7. Nathalie FONTAINE (05/03/2010, à 12:16)

Bravo à tous pour votre participation, avec une mention à Jean-Michel pour avoir donné tous les bons résultats.

Vous trouverez ici le manuel d’arithmétique d’où ces petits problèmes étaient extraits. Vous pouvez résoudre les autres si cela vous tente !

A tous également des bons points et des images d’Epinal comme ceux que l’on remettait autrefois pour récompenser les élèves.

Enigme de mars 2010

 

Ephéméride

Nous sommes le mercredi 12 août 2020
Nous fêtons Clarisse
Le dicton du jour : Quiconque en août s'endormira, en janvier s'en repentira.

Qui est en ligne ?

Nous avons 33 invités en ligne

Conception & réalisation : Thierry PLAI / ©2010-2020 Châtillon Patrimoine