• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil L'énigme du mois Enigme Février 2012 - Réfugiés à Châtillon

Enigme Février 2012 - Réfugiés à Châtillon

Envoyer Imprimer PDF

Réfugiés à Châtillon

Ils sont six à huit millions de français des départements du Nord et de l’Est de la France à se presser sur les routes pour fuir la guerre au printemps 1940. C’est l’évacuation, l’exode face aux combats et à l’envahisseur.

Dès 1935, les autorités ont préparé l’hypothèse de repliements civils en cas de conflits. Ceux-ci « constituent une mesure de protection à transporter dans des régions moins exposées et lointaines les ressources des régions menacées par une avance ennemie imminente ».

Enigme de février 2012

Ainsi, pour la population de l’Aisne, le département de correspondance sera celui de la Mayenne. Pour celle des Ardennes, ce sera la Vendée.

En mai 1940, ils sont donc plusieurs milliers à se réfugier en Mayenne. Il y resteront pour la plupart plusieurs semaines, jusqu'à deux à trois mois pour certains, hébergés chez l’habitant.

Combien étaient-ils recensés à Châtillon-sur-Colmont le 18 juillet 1940 ?

  • A. 88.
  • B. 198.
  • C. 448.

 

Réponse :

Ils étaient 448 réfugiés recensés à Châtillon au 18 juillet 1940. Le répertoire de ce recensement qui a été conservé en archives n’est pas exhaustif de tous ceux qui ont trouvé asile à Châtillon pendant quelques jours ou quelques semaines. Le nom d’Hubertine Poiré et de sa famille, évoqués dans la news letter de Février 2012, n’y figurent pas. Ils étaient rentrés chez eux quelques jours auparavant.

C était donc la bonne réponse.

Palmarès :

Vous étiez nombreux à penser que les réfugiés accueillis à Châtillon n’étaient pas en nombre aussi important. Seules Anne-Estelle et Ginette ont donné la bonne réponse. Bravo et merci à tous de votre participation.

 

Commentaire :

Les archives mentionnent qu’ils étaient plus de 171 000 réfugiés en Mayenne au 13 juin 1940.

Ces mouvements de population ont donné lieu à toutes sortes d’échanges plus ou moins heureux et solidaires. Le sens de l’accueil n’a pas toujours été au rendez-vous… Nous retiendrons cependant les aspects positifs de la solidarité qui s’est exprimée alors et des quelques histoires de cœurs qui y ont trouvé place, à l’exemple de Louis Mette, originaire de la région d’Hirson, qui rencontra alors à Châtillon sa future épouse Marcelle Fauque.

Nombre de réfugiés à Châtillon, au 18 juillet 1940

Châtillon, le plus charmant de La Mayenne
 

Ephéméride

Nous sommes le jeudi 04 juin 2020
Nous fêtons Clotilde
Le dicton du jour : En juin, brume obscure, trois jours seulement dure.

Qui est en ligne ?

Nous avons 82 invités en ligne

Conception & réalisation : Thierry PLAI / ©2010-2020 Châtillon Patrimoine